EN DIRECT DES EXPOSITIONS…

L’ECOLE DU DEHORS

École maternelle Lamartine – Dijon
École Jacqueline – Strasbourg

Et si on sortait…

Chez nos voisins germaniques la pédagogie du « Waldkingergarten » (qui se traduit littéralement par « école maternelle dans la forêt ») connaît depuis une dizaine d’année un succès grandissant. Ce sont des classes sans murs ni toits. Les enfants passent leurs journées dans la forêt, tout au long de l’année quel que soit le temps. La recherche montre que ce dispositif a des influences positives sur le comportement social, l’estime de soi et l’empathie mais aussi sur la capacité de concentration, la persévérance, la créativité ainsi que sur la santé et la motricité générale des enfants.

Comment pouvons-nous nous inspirer de cette pédagogie ici en France ? Lors du Congrès de l’AGEEM à Dijon, deux expériences inspirées par la pédagogie du « Waldkindergarten » seront présentées :

En 2014-2015, la classe de Hildegarde Heinzle (alors directrice de l’école maternelle Jean-Baptiste Lallemand à Dijon) passait le vendredi dehors et ce quel que soit la météo. Le vendredi était ainsi devenu une journée d’expérimentation, de découverte, de collecte, de jardinage, d’observation, d’effort physique, de collaboration et de liberté ! Lors de cette journée de classe « dehors » tous les domaines d’apprentissages étaient abordés. Ce projet a également créé un lien privilégié avec les parents. En effet, les parents étaient invités à accompagner la classe au moins un vendredi au cours de l’année. Cette expérience a eu beaucoup de succès auprès des enfants et de leurs parents. Elle était très riche en apprentissages, notamment dans le domaine du langage, et a permis de sensibiliser les enfants à l’écocitoyenneté.

Ecole maternelle Lamartine 01Ecole maternelle Lamartine 02

À l’école maternelle Jacqueline à Strasbourg, l’idée a été de faire entrer la nature dans les espaces récréatifs.  Claude Roubert, Frédérique de March, Joëlle Quintin (écoconseillère) ainsi que quelques collègues en collaboration avec la ville de Strasbourg les ont « ensauvagés » petit à petit. Au fil de l’année ses espaces ont été modelés par les actions des enfants et le temps. Ceux-ci perçoivent mieux, côtoient plus finement la nature et ses éléments pour mieux la comprendre et la respecter.

Ecole maternelle Jacqueline

Alors que les démarches de ces deux projets sont distinctes, les objectifs restent les mêmes : permettre à l’enfant d’apprendre de façon transversale par la nature, à son rythme en construisant son autonomie .L’enfant comprend rapidement qu’il est capable d’avoir ses propres projets et de les réaliser : des éléments indispensables à la mise en place de l’estime de soi.

Waldkindergarten Autriche

Rédigé par la commission Presse, à partir d’ « Ecrire un court article » envoyé par les collègues sur l’adresse du secrétariat du congrès, à vous de jouer si vous le souhaitez !
congresageem.dijon2016@gmail.com
Écrire un court article pour le congrès

89eme CONGRES AGEEM, invitation des éditeurs

A la découverte des lieux

Mercredi 25 mai, en présence d’Isabelle Racoffier, présidente nationale de l’AGEEM, les éditeurs et partenaires du congrès ont pu découvrir les lieux, à savoir le Palais des Congrès de Dijon.

SAM_4343
Christine Leguernic, directrice du Palais des Congrès, Isabelle Racoffier présidente nationale de l’AGEEM.

Quand installez les stands ? Combien de mètres carrés ? Quel éclairage ? Autant de questions techniques que les éditeurs et partenaires ont posé à Ia Commission Editeurs et à Christine Leguernic, directrice du Palais des Congrès qui a fait visiter  les lieux à la trentaine de personnes présentes à la réunion. Parmi elles, une vingtaine d’éditeurs ainsi que les partenaires privilégiés de l’Ageem : le réseau Canopé, le Crédit mutuel enseignant qui finance le catalogue du congrès, la Maif qui offre des sacs de sport aux congressistes et la librairie Autrement dit qui permet aux éditeurs locaux d’être visibles.

Un ours à croquer
Un ours à croquer

Comme toujours en Bourgogne, la visite s’est conclue autour d’un buffet : gougères et gâteaux aux couleurs de l’ours Pompon ont satisfait les gourmands.

Un avant-goût pour vous accueillir dans les meilleures conditions !

« Reportages pour mémoire » de Philippe ROCHOT

Monsieur Philippe ROCHOT,
grand reporter d’origine dijonnaise, dédicacera son livre « Reportages pour mémoire »,

ce jeudi 12 mai à 17h30 à la librairie Grangier

P.Rochot

Site Philippe Rochot
L’expo photo « Reportages pour mémoire » sera
Salle Haute du Cellier de Clairvaux, du 2 au 9 juillet 2016

En partenariat avec la ville de Dijon et l’ageem.
logoDijon        logoageem

EN DIRECT DES EXPOS…sur le site du rectorat de Dijon !

Les articles, publiés sur le site de l’ageem 21, sont en ligne sur le site du rectorat de Dijon !

Vous pourrez les retrouver en cliquant sur les liens ci-dessous.

Bligny-sur-Ouche : http://www.ac-dijon.fr/cid101742/le-pole-scolaire-de-bligny-sur-ouche-travaille-avec-petits-et-grands-sur-l-estime-de-soi-.html

Champollion – Dijon : http://www.ac-dijon.fr/cid100857/bouquet-d-emotions-a-la-maternelle-champollion-a-dijon.html

Les Saverneys – Fontaine-les-D. : http://www.ac-dijon.fr/cid101744/l-ecole-maternelle-des-saverneys-laisse-la-parole-aux-eleves.html

Les portefeuilles – Fontaine-les-D. : http://www.ac-dijon.fr/cid101747/l-ecole-maternelle-des-portefeuilles-a-fontaine-les-dijon-construit-avec-ses-eleves-la-maison-des-apprentissages.html

Noiron-sous-Gevrey : http://www.ac-dijon.fr/cid101774/l-ecole-maternelle-de-noiron-sous-gevrey-a-l-unisson-pour-l-eco-son.html

Petit-à-petit, grâce à l’AGEEM, la maternelle grandit sur le site du rectorat.

EN DIRECT DES EXPOS…

Les petits marcheurs avancent
à grands pas !
ECOLE MATERNELLE AUTUN (71)

A l’école maternelle des Hauts Quartiers à Autun (71),
les élèves de 3 à 5 ans sont maintenant de vrais randonneurs
« bien dans leurs baskets » !

Depuis Novembre, ils ont expérimenté différents types de randonnées, toujours en lien avec un domaine d’activité précis.

Petitsmarcheurs5



Période 1 :
conception du projet par les 2 enseignantes
Période 2 : sur les traces de l’album « Le p’tit bonhomme des bois », les élèves sont partis à la recherche d’animaux en suivant les sentiers de la forêt et ont expérimenté divers déplacements en milieu naturel : en se suivant comme dans l’histoire, en terrain favorisant les actions motrices (grimper, enjamber, se suspendre, ramper), en se déplaçant au sein d’une toile d’araignée géante incluant du mobilier de pique-nique…
Période 3 : l’orientation était à l’honneur avec un fil d’Ariane géant tendu dans un jardin – labyrinthe, un parcours photo visant à retrouver des détails du paysage, une mini course d’orientation avec balises dans un sentier très en pente, un parcours fléché à construire pour les copains.
Période 4 : le long du lac d’Autun, les arts plastiques et sonores attendaient nos randonneurs dans des ateliers variés : jardin du vent, land art, opéra sur l’herbe et suspensions sonores.
La période 5 sera consacrée à deux « vraies » randonnées, l’une à proximité de l’école, l’autre dans les collines du Morvan, avec accro-branche, cabanes, sentier pieds nus et…pique-nique !
Les enfants, répartis en groupes multi-âges, ont choisi les noms de leurs équipes et élaboré leurs logos .

Les sorties sont largement préparées en classe : élaboration des nombreuses fiches réponses et panneaux, des dossards pour les équipes, de matériel à installer sur place ; apprentissage de chants et poésies sur le thème, fabrication de bâtons de randonnée, nombreux dessins et comptes-rendus d’activité. Les équipes s’entraînent également physiquement et travaillent les déplacements (en se suivant, en se croisant, en montée, descente, en suivant le fil etc…

Les deux maîtresses consacrent de nombreuses heures à concevoir les séances et sorties, faire les repérages sur le terrain, ce qui a occasionné diverses aventures et fous-rires.
Le plus mémorable, la montée à 10 mètres dans un chariot élévateur d’une entreprise présente par hasard sur le lieu de la randonnée, afin de réaliser les photos nécessaires pour établir le plan du site !

Mais aussi la découverte de notre environnement proche, et le grand bonheur de collaborer avec une association de randonnée locale, La Vaillante, dont les membres sont toutes des collègues retraitées qui nous accompagnent avec enthousiasme et compétences lors de nos sorties.

Les enfants, eux, attendent avec impatience les nouvelles sorties et sont intarissables sur l’équipement du randonneur, leurs performances pédestres (1 kilomètre à pied, ça use, ça use…) ou leurs réussites lors de la validation des parcours. Les grands adorent encadrer les plus jeunes, les petits ont à cœur de suivre le rythme.

Seule la météo nous a parfois contraintes à reporter des sorties, mais le moral des troupes est, lui, au beau fixe !

Nous vous donnons rendez-vous à Dijon sur notre exposition pour vous en dire plus sur cette belle expérience, riche de partage et de bonheur pour petits et grands.

Priscilla Lagrange Thibert
Marie-Hélène Vasset,mhvasset@gmail.com 

Ecole maternelle des Hauts Quartiers
71400 AUTUN

Rédigé par la commission Presse, à partir d’ « Ecrire un court article » envoyé par les collègues sur l’adresse du secrétariat du congrès, à vous de jouer si vous le souhaitez !
http://congresageem.dijon2016@gmail.com
Écrire un court article pour le congrès

 

EN DIRECT DES EXPOSITIONS…

« LA MAISON DES SAVOIRS »
ECOLE MATERNELLE DES PORTEFEUILLES,
FONTAINE-LES-DIJON 

Pierre après pierre,
l’enfant grandit

 

Construire ses apprentissages comme on construit une maison.
C’est que font les élèves de Brigitte Le Mouël à l’école des Portefeuilles.

Qu’est-ce que grandir, apprendre et surtout comment faire prendre conscience aux enfants du chemin qu’ils ont parcouru tout au long de l’année ? Autant de questions que se pose Brigitte Le Mouël, enseignante en moyenne et grande section à l’école des Portefeuilles (Fontaine les Dijon).

Elle a donc proposé aux douze grands de sa classe de construire la maison de leurs savoirs et de leurs apprentissages. Mais pas une petite maison qui aurait la taille d’un  cahier. Non une vraie et grande blm5maison dans laquelle ils peuvent entrer et qu’ils emmèneront chez eux une fois l’année terminée.

Cette maison va se construire pas à pas sur toute l’année. Elle est tout d’abord une œuvre d’art, leur œuvre d’art. A partir des artistes étudiés en classe, les enfants choisissent et s’approprient différentes techniques : carrés géométriques comme Mondrian, volutes art nouveau comme Klimt par exemple. Puis, sur l’extérieur, ils évoquent comment ils sont physiquement : avec leur silhouette, des photos d’eux à différents âges, des bandes de couleur qui matérialisent leur taille…

Mais cette maison est aussi et surtout celle de leurs savoirs. Pour cela, les élèves choisissent avec la maîtresse, des mots qu’ils aiment : « grandir, apprendre, jouer, ami ». Ces mots, ils vont les écrire d’abord en majuscule puis, au fur à mesure de l’année et chacun à son rythme, en écriture cursive. Ils sélectionnent également, grâce à une tablette, des photos des activités faites en classe. Ces pierres-photos remplissent les murs de la maison au côté des pierres-écritures. Quant à l’intérieur, en cours de réalisation, il symbolise le moi intime : ce que l’enfant aime ou n’aime pas, ses émotions ou ses secrets.

Pierre après pierre, l’enfant construit sa maison et se construit comme être en devenir.

 

Rédigé par la commission Presse, à partir d’ « Ecrire un court article » envoyé par les collègues sur l’adresse du secrétariat du congrès, à vous de jouer si vous le souhaitez !
http://congresageem.dijon2016@gmail.com
Écrire un court article pour le congrès

EN DIRECT DES EXPOSITIONS…

« VIVRE ENSEMBLE »
ECOLE MATERNELLE DES SAVERNEYS,
FONTAINE-LES-DIJON

Et si on se parlait ?

Se parler pour mieux se comprendre, se parler pour mieux s’entendre, se parler pour faire ensemble. La causette d’Isabelle Robin, inspiré de la pédagogie Freinet, permet aux enfants de s’exprimer librement sur le sujet qu’ils ont eux même choisi.

Aujourd’hui c’est jour de causette à l’école des Saverneys disarobin 2ans la classe de moyenne et grande section d’Isabelle Robin. Virgile, Paul et Clémentine ont écrit leur prénom sur une étiquette qu’ils ont aimantée sur le tableau blanc à côté de la petite boîte jaune de la maîtresse. Car pour participer à la causette, il faut d’abord s’inscrire. Pas question de parler tous en même temps, c’est chacun son tour comme l’on dit !

isarobin 1L’enfant inscrit a ensuite le droit de s’asseoir sur la grande chaise de la maîtresse, un privilège qui est fort apprécié des candidats. Avec le bâton de parole, il prévient ses camarades qu’il va parler. Chacun écoute puis intervient pour donner son avis, apporter des précisions, trouver des solutions ou faire part de son expérience. C’est l’élève choisi qui donne la parole à ses pairs. La maîtresse laisse s’exprimer les enfants. Elle intervient parfois pour rectifier une phrase ou aider à trouver un mot précis mais dans l’ensemble ce sont les enfants qui débattent entre eux.

Isabelle Robin pratique cette causette depuis longtemps. Elle est toujours aussi impressionnée par ce qu’apporte à la classe cette expérience. Elle permet au groupe de se constituer, cela change le vécu des enfants et les aide à s’engager véritablement dans leurs apprentissages. Selon les années, cette causette part d’éléments apportés par les enfants (des jouets de la maison, des récoltes faites sur le chemin de l’école) ou des relations entre pairs dans la cour et dans la classe (droits et devoirs de chacun). Elle aboutit toujours à un travail fait en classe : par exemple la mise en place d’une démarche scientifique autour des arbres ou la réalisation d’un livret sur les droits à l’école.

Tous les enfants finissent par s’exprimer au fur et à mesure du déroulement de l’année. Si les moyens sont plus réservés au départ, ils observent les grands et gagnent très vite en autonomie. Tous apprennent à poser leur voix, à préciser leur pensée, à choisir leurs mots pour être compris par les autres et surtout à attendre. Attendre son tour, attendre que les autres se soient exprimés, attendre le jour de la causette car celle-ci n’a lieu que deux fois par semaine.

Ces moments d’échange très riches ont aussi des conséquences sur les familles. Les parents sont sollicités par les enfants pour apporter quelque chose à l’école. Certains élèves racontent avec enthousiasme ce qui a été dit ou montré ce qui favorise aussi le dialogue à la maison. Une façon pour les parents de participer à la vie de la classe.
Rédigé par la commission Presse, à partir d’ « Ecrire un court article » envoyé par les collègues sur l’adresse du secrétariat du congrès, à vous de jouer si vous le souhaitez !
http://congresageem.dijon2016@gmail.com
Écrire un court article pour le congrès

Réunion commission expositions pédagogiques

Une équipe à votre service 

Le 6 avril dernier, à l’école Victor Hugo, l’équipe de la commission Expositions Pédagogiques a proposé aux enseignants de la section 21, engagés dans la préparation d’expositions de les rencontrer pour les aider à finaliser leur projet et leur expliquer la possibilité de présenter leur exposition en réalité augmentée.

Une quinzaine de congressistes ont répondu à l’appel, avecPUBLIC EXPO PEDA des questions techniques concernant la surface disponible pour leur présentation, le nombre de panneaux, les moyens technologiques ou des demandes concernant la rédaction des fiches descriptives.

La dernière ligne droite s’annonce. A vos expos et n’hésitez pas à nous contacter pour avoir des précisions.